L'ordre et la morale

Publié le par Les critiques à la Maud

L'ordre et la moraleCritique: Annoncé comme le grand retour de Mathieu Kassovitz, le Mathieu Kassovitz de "La haine"... moi je dis bof !

Film tiré d'une histoire vraie, celle de la grotte d'Ouvéa, la prise d'otages en 1988 de 30 gendarmes sur une île de Nouvelle Calédonie. De quoi donc relancer le débat de l'indépendance des colonies françaises, mais aussi des actions politiques insensées lancées par un gouvernement se trouvant à 25000 kilomètres des faits et n'ayant pour ambition et pour seul objectif que de résoudre au plus vite et à leur honneur ce conflit puisque se profilent à l'horizon les élections présidentielles. Là se trouve tout le sujet du film et l'opinion bien marquée du réalisateur. Très provocateur donc, mais ce n'est pas un problème en soit puisque le cinéma doit rester un art libre et permettre à chacun de s'exprimer tel qu'il l'entend.

J'aurais pu appuyer ce point de vue, mais ce film ne m'a laissé qu'un goût amer parce que j'ai eu un très gros problème avec l'interprétation de tous les "acteurs", Kassovitz inclus. Partagée entre la volonté de rentrer dans l'histoire, de suivre le déroulement de l'action, et celle insupportable de ne pas y croire et d'écouter des textes récités sans conviction. Quel dommage ! Je ne suis pas contre le fait de faire jouer des gens "locaux" et sans expérience quand les talents des metteurs en scène s'y prêtent, mais là il ne se passe rien et je ne ressens rien, ni la douleur et les revendications des Kanaks, ni la rage et l'obstination des forces de commandement françaises.

Quel dommage donc quand on perçoit pourtant un semblant d'efforts, des décors à la hauteur, une mise en scène étudiée, certains passages à la "Apocalypse Now" ! La musique des Tambours du Bronx, infime, mais ultra présente, en donne le ton dès l'apparition du titre du film, on pense qu'on va en prendre plein les yeux et puis... rien ! L'assaut final n'est que le pâle reflet de tout ce qui s'est passé avant: c'est brouillon et décevant... et pourtant je suis bon public pour les films de "guerre". Le montage des images d'archives de François Mitterrand et de Jacques Chirac n'est pas justifié. Déçue ? Oui, je pense qu'on peut dire cela !

 

On y va: pour le côté historique

On regrette: un Mathieu Kassovitz qui n'a plus "La haine"

 

Résumé: Philippe Legorjus, capitaine du GIGN et négociateur, est envoyé sur l'île d'Ouvéa pour résoudre à l'amiable la prise d'otages de 30 gendarmes par les Kanak

Réalisateur: Mathieu Kassovitz

Casting: Mathieu Kassovitz, Iabe Lapacas

Publié dans Films

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article